fbpx

Lorsqu’un accident de la route avec dommages corporels survient, la législation en vigueur prévoit que la victime a droit à une expertise médicale. C’est la société d’assurances du responsable de l’accident qui la digilente. Le premier objectif de cette expertise est de constater les préjudices subis. Le second est de les quantifier afin que la victime puisse recevoir une indemnisation par l’assurance. Cependant, force est de constater que cette expertise ne permet pas toujours d’évaluer les préjudices subis de manière satisfaisante pour la victime. Dans ce cas, la victime a le droit de contester l’expertise médicale réalisée. Voici nos conseils pour vous guider dans cette démarche. 

 

Qu’est-ce que l’expertise médicale ?

L’expertise est une évaluation effectuée par un spécialiste agréé. Elle sert à déterminer l’ampleur des conséquences d’un dommage subi par une personne en réalisant plusieurs actions médico-juridiques. La mesure de ces préjudices est la base de l’évaluation du montant de la compensation que versera la l’assureur à la victime.

Ces opérations médico-juridiques consistent essentiellement à réaliser une analyse des faits. Elles prennent en compte les doléances de la victime et de ses proches. Elle prend aussi en compte celles des diverses parties en cause. L’analyse comporte aussi un examen clinique. Son but est de réaliser une évaluation des conséquences physiques, physiologiques ou psychiques du dommage subi. Enfin, l’expert analyse les pièces du dossier médical.

La victime vit parfois l’expertise médicale comme une véritable épreuve supplémentaire, car elle se trouve souvent en situation de vulnérabilité, fragilisée d’un point de vue physique et/ou psychologique. Il ne faut en effet pas sous-estimer la difficulté psychologique que peut revêtir ce processus pouvant durer plusieurs heures et mettant à nu les blessures de la victime, mais également les zones les plus intimes de sa vie. Il est donc important de veiller à ce que l’expertise se déroule correctement.

 

Quels sont les droits de la victime ?

De manière générale, la victime pense que la société qui l’assure va naturellement la défendre et protéger ses intérêts. Malheureusement, les choses ne se passent pas toujours ainsi. Parfois, la victime d’un accident n’est pas correctement accompagnée par sa société d’assurance et a du mal à se faire indemniser de manière juste et exhaustive. La dimension économique de la réparation fait peser sur les démarches d’indemnisation de grands soupçons de partialité. Il arrive que des expertises médicales soient incomplètes, erronées voire biaisées.

La victime ignore souvent qu’elle peut récuser l’expert proposé par l’assurance, pour en choisir un autre : elle peut faire appel à son propre expert médical en qualité de contrepoids face à celui de la société d’assurances. Ce dernier n’est pas rémunéré par la société d’assurance, ce qui contribue à lever tout soupçon. 

Quelles sont les obligations de la compagnie d’assurances ?

 

En premier lieu, la compagnie d’assurances a une obligation d’exhaustivité. L’expertise médicale est une action dont le but est de constater l’état de santé d’une victime suite à un accident. Cette constatation se fait en prenant en compte l’état de la victime avant l’accident. Le médecin proposé par l’assureur ne doit donc rien omettre et ne doit pas minorer les préjudices. Le but est de procéder à une réparation totale de tous les préjudices causés par l’accident et de garantir ainsi une vie « après l’accident » dans les meilleures conditions possibles pour la victime et ses proches.

Ensuite, la société d’assurances doit procéder à une convocation des parties en cause. L’expert informe et convoque toutes les parties en cause du dossier. Il s’agit principalement de l’avocat de la victime, du médecin conseil de la victime et de l’accidenté lui-même. Il a l’obligation de respecter la règle du contradictoire.

Dans le cadre de l’expertise, le spécialiste doit également rappeler le contexte dans lequel il intervient. Il doit donc procéder à un rappel des faits en précisant la situation professionnelle et personnelle de la victime au moment où l’accident s’est produit. Il doit également justifier son évaluation en se référant au dossier médical de l’accidenté et aux ordonnances relatives aux soins qu’il ou elle a reçus. L’expert a l’obligation d’écouter toutes les doléances et les plaintes de la victime avant de réaliser son examen clinique.

Il ne faut pas non plus oublier que l’expert de la société d’assurance doit offrir à la victime la possibilité de donner son avis ou de faire des remarques sur les conclusions provisoires. Après la phase des commentaires de la victime, le rapport d’expertise est donc établi et envoyé aux différentes parties. Dans le cas où la compagnie d’assurance ne respecte pas scrupuleusement tous ces points, la victime a le droit de contester l’expertise médicale et de refuser l’indemnisation proposée par l’assurance.

Comment contester une expertise médicale ?

Si l’expertise médicale a déjà eu lieu, la victime est en mesure de la contester. Le médecin de la compagnie d’assurances intervient pour l’établissement de ce rapport d’expertise et par conséquent, son expertise n’engage que lui, car il ne s’agit pas d’un rapport judiciaire. 

Vous pouvez donc contester le rapport médical du médecin de l’assureur, si vous trouvez que votre état de santé n’est pas encore consolidé, c’est à dire qu’il continue d’évoluer. Dans ce cas, vous pouvez envoyer un courrier à la société d’assurances en lui notifiant que vous contestez le rapport d’expertise médicale et que vous la recontacterez lorsque que votre état de santé sera consolidé. Mais vous devrez prévoir une expertise médicale contradictoire lorsque la phase de la consolidation sera arrivée, en choisissant un médecin-conseil, expert indépendant.

Si vous êtes d’accord sur le fait que votre état est déjà consolidé mais que vous n’acceptez pas les conclusions du rapport d’expertise, là aussi il y a lieu de contester. Dans ce cas, vous devrez également recourir aux services d’un médecin-conseil pour la réalisation d’une expertise médicale contradictoire.

 

Qui peut vous aider lorsque vous n’êtes pas satisfait de l’expertise médicale ?


Deux autres professionnels peuvent venir en aides aux victimes d’accident de la route qui ont des difficultés à se faire correctement indemniser par l’assureur. Les consulter permet de s’assurer de la prise en compte de tous les postes de préjudices sur le plan économique, familial, physique et psychologique et de leur juste évaluation.

  • Un avocat spécialisé dans l’indemnisation des préjudices corporels, qui saura analyser votre situation et votre dossier pour aider, en se basant sur le droit et des cas jugés similaires au vôtre, à quelle indemnisation vous pouvez prétendre. Il pourra également vous assister dans les échanges avec l’assureur pour par exemple faire accélérer le processus d’indemnisation ou faire débloquer plus rapidement les fonds. 
  • Un médecin conseil, médecin qui s’engage à se consacrer aux victimes et à ne pas collaborer avec les assureurs. 

Vous rencontrez des difficultés au sujet de l'indemnisation d'un préjudice corporel à la suite d'un accident de la route ? Expliquez-nous votre problème et recevez une première analyse de votre situation par un avocat expert. C'est totalement gratuit et cela n'implique aucun engagement de votre part.

Sur le même thème

Tout savoir sur l’indemnisation de votre perte d’exploitation

Tout savoir sur l’indemnisation de votre perte d’exploitation

Quel assureur peut-on assigner ? Combien coûte une procédure ? Faut-il faire plusieurs déclarations de sinistre ?

Me Guillaume Aksil, Avocat en Assurance, répond aux questions des restaurateurs, hôteliers, gérants de PME sur l’indemnisation de leur perte d’exploitation par les assurances.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *